Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Culture > Edgar Morin, chapitres d’une vie

Edgar Morin, chapitres d’une vie

mercredi 7 novembre 2012, par La Rédaction

Le journal tenu par le philosophe pendant cinquante ans est publié aux Éditions du Seuil.
Ces deux tomes(1) rassemblent des textes inédits et déjà parus.
 
Interview d'Edgar Morin dans le dernier numéro de CNRS le Journal (n° 269 novembre-décembre 2012) :
 
Avez-vous tenu des carnets personnels toute votre vie ?
Edgar Morin : J’ai commencé adolescent pour y consigner mes états d’esprit, mes pensées, mes lectures… J’étais fils unique, très solitaire, et ma mère est morte quand j’avais 10 ans. Je me suis interrompu en 1942, quand je suis entré dans la Résistance. Vingt années sans journal se sont alors écoulées. Puis, en 1962, j’ai été hospitalisé pour une grave hépatite qui m’a plongé quinze jours dans le coma. Pendant ma convalescence dans le Midi, j’ai eu besoin de faire le point sur ce qui était essentiel pour moi. Quand j’ai entrepris cette réflexion, je sortais de la vie végétative, je me promenais au soleil… Cela a donné un journal de renaissance et de rencontres, publié sous le titre Le Vif du sujet(2). Depuis, j’ai continué, par intermittence, dans des moments particuliers ou stimulants.
 
Cela vous a-t-il aidé dans votre travail d’intellectuel ?
E. M. : En 1965, j’ai tenu un journal d’enquête sociologique, le Journal de Plozévet(3), qui était un véritable instrument de travail. Relevant d’une autre approche, le Journal de Californie(4), écrit pendant l’année que j’ai passée dans cet État, en 1969- 1970, relate à la fois les expériences existentielles que j’ai vécues auprès de la jeunesse américaine, ce moment d’ébullition, mais aussi la découverte d’auteurs qui ont véritablement changé ma pensée. La plupart de mes journaux sont comme ça : un mélange d’événements de ma vie quotidienne et de réflexions plus ou moins profondes. Il y a aussi les épreuves personnelles, comme la maladie puis le décès de mon épouse… Je trouve très utile de prendre de la distance avec moi-même, d’objectiver en quelque sorte ma subjectivité.
 
Considérez-vous que ces journaux sont un moyen plus accessible pour le lecteur de vous découvrir ?
E. M. : Sûrement, même si je les ai écrits avant tout pour moi, et avec d’autant plus de plaisir que je suis quelqu’un qui aime jouer avec les mots et les formules. Ainsi, même mes ouvrages « sérieux » comme La Méthode(5) sont pénétrés de subjectivité littéraire. Je ne suis pas mécontent qu’avec cette parution, mon aspect « écrivain » ressorte également.
 
Propos recueillis par Laure Cailoce
 
(1) Journal, 1962-1987 (t. 1, 1 200 p.), et Journal 1992-2010 (t. 2,1 296 p.), Seuil, 29,50 € chaque tome.
(2) Le Vif du sujet, Seuil, 1969, réed. Points Seuil, 1982.
(3) Journal de Plozévet, Éd. de l’Aube, 2001.
(4) Journal de Californie, Seuil, 1970.
(5) La Méthode, coffret 6 tomes, Seuil, 2008.
 
Philosophe et sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS et docteur honoris causa de plusieurs universités étrangères, Edgar Morin est l'auteur d'une œuvre pluridisciplinaire abondamment commentée et traduite, dont l'ambitieuse Méthode, en six tomes, publiée également au Seuil.