Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Syrie > Armes en Syrie : le coup de poker de la France

Armes en Syrie : le coup de poker de la France

jeudi 14 mars 2013, par La Rédaction

Il aura fallu 20 ans et 70 000 morts pour que la France et la Grande-Bretagne veuillent réellement trouver une issue au drame en cours en Syrie. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a surpris ce jeudi en annonçant que Paris et Londres allaient demander d’avancer la prochaine réunion de l’Union européenne sur l’embargo sur les armes en direction de la Syrie, prévue fin mai. Surtout, le ministre des Affaires étrangères a indiqué que, à défaut de l’unanimité requise dans l’Union européenne pour lever cette mesure, la France, "une nation souveraine", pourrait prendre la décision unilatérale de livrer des armes à l’opposition.
"On ne peut pas accepter qu’il y ait ce déséquilibre actuel avec, d’un côté, l’Iran et la Russie qui livrent des armes à Bachar (el-Assad) et, de l’autre, des résistants qui ne peuvent pas se défendre", a fait valoir jeudi Laurent Fabius sur France Info. Un souhait encore répété dans l’après-midi par François Hollande, à son arrivée au sommet européen à Bruxelles. "Nous souhaitons que les Européens lèvent l’embargo. Nous sommes prêts à soutenir la rébellion, donc nous sommes prêts à aller jusque-là. Nous devons prendre nos responsabilités", a insisté le président français.
Décidé en mai 2011, peu après le début de violente répression exercée par les forces de Bachar el-Assad à l’encontre des manifestants pacifiques, l’embargo interdit toute vente, fourniture, transfert ou exportation d’armes à la Syrie, quel qu’en soit le destinataire (régime ou opposition). La mesure n’autorise que la livraison à l’opposition de matériels non létaux, comme du matériel de protection ou de communication (gilets pare-balles, talkies-walkies, équipements de désamorçage de mines).
Des moyens somme toute ridicules comparés aux avions de chasse et autres chars syriens qui bombardent au quotidien les villes et quartiers tenus par l’opposition. Mais l’essor de groupes djihadistes profitant de l’inaction de la communauté internationale, notamment à l’est de la Syrie, pousse désormais l’Occident à la prudence, de peur que leurs armes ne se retrouvent entre les mains d’islamistes radicaux. "Le but n’est pas de combattre des djihadistes au Mali pour fournir des armes aux djihadistes en Syrie", avait lancé en février dernier le chef de la diplomatie belge, Didier Reynders, justifiant ainsi la décision de prolonger l’embargo européen sur les armes jusqu’au 1er juin prochain.
"Des livraisons d’armes risquent toujours de nourrir une course à l’armement et de provoquer une glissade vers une guerre par procuration, qui pourrait embraser toute la région", a renchéri la semaine dernière le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle. "Il y a urgence humanitaire en Syrie, tant au regard du nombre de morts que de celui des réfugiés syriens. Et la situation empire de jour en jour", confie une source diplomatique française. "L’idée est qu’une réunion accélérée sur la question de l’embargo des armes à destination de la Syrie se tienne avant mai."
Celle-ci pourrait avoir lieu les 22 et 23 mars, date à laquelle les ministres européens des Affaires étrangères doivent se retrouver pour une réunion informelle à Dublin. La prise de position française a en tout cas eu le mérite de secouer ses partenaires européens, particulièrement amorphes sur la question. Berlin a déclaré jeudi être "prêt à discuter immédiatement au sein de l’Union européenne" de l’opportunité de lever l’embargo, "si des partenaires importants de l’UE estiment que la situation est maintenant différente". Bruxelles a assuré de son côté qu’il était "possible" de discuter "sans délai" de la nouvelle opportunité, si l’un des 27 membres le souhaitait.
Étrangement, aucun État membre n’a formellement réclamé de levée de l’embargo au cours de la dernière réunion des ministres européens des Affaires étrangères, lundi à Bruxelles. D’après un haut responsable français s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, l’objectif de la France serait notamment de fournir à l’opposition syrienne des moyens de défense antiaériens (missiles sol-air) contre les avions et les hélicoptères du régime. Il faut aux opposants "des armes qui puissent contrer les attaques des avions", a confié ce responsable à l’Agence France-Presse.
"Ces armes, c’est ce que demande la Coalition nationale syrienne [principale coalition de l’opposition syrienne, basée à l’étranger, NDLR]", rappelle la source diplomatique française. "À ce stade, il ne s’agit pas de se lancer dans des supputations. Rien n’a encore été décidé", assure-t-elle. Du côté de l’Armée syrienne libre (ASL), les annonces française et britannique sont accueillies avec prudence. "Le vrai problème de l’Armée syrienne libre (ASL) aujourd’hui est la multiplication des sources d’armement et de financement, ce qui provoque un déficit de contrôle du commandement central sur toutes les forces sur le terrain", affirme au Point.fr Fahad al-Masri, porte-parole du commandement conjoint de l’Armée syrienne libre de l’intérieur.
Tandis que l’ASL bénéficie de livraisons d’armes limitées de la part de l’Arabie saoudite et du Qatar, certaines personnalités privées habitant le Golfe alimentent les groupes rebelles les plus radicaux. "La livraison effective d’armes par la France permettrait d’unifier les ressources de l’ASL et ainsi de réunir sous un même étendard tous les groupes armées qui luttent pour la chute du régime", assure Fahad el-Masri. "Nous possédons dans notre armée des centaines d’officiers, anciens hauts gradés de l’armée régulière, qui savent manier les armes lourdes et de qualité."
Mais le porte-parole garde également en mémoire les multiples promesses de l’Occident envers l’opposition syrienne, restées, selon lui, lettre morte. "Si la France et la Grande-Bretagne ne mettent pas en application leur parole, elles pourraient au contraire ouvrir la voie à un soutien ouvert de l’Iran et de la Russie au régime syrien, afin qu’il massacre encore davantage sa population." Pour l’heure, Paris répète sa volonté de trouver une issue politique au conflit. "Toujours persuadé de sa supériorité militaire, le régime syrien ne fait rien pour la mise en place d’une telle solution", fait valoir la source diplomatique française. "Pour que Damas se persuade de l’intérêt à participer au dialogue politique, il faut créer les conditions d’un changement dans l’équilibre des forces sur le terrain."

(13-03-2013 - Armin Arefi)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10