Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Liban > GBA > Nouvelle étape jeudi 21 mars dans la demande de libération de Georges Ibrahim (...)

Nouvelle étape jeudi 21 mars dans la demande de libération de Georges Ibrahim Abdallah

mercredi 20 mars 2013, par La Rédaction

Une nouvelle décision est attendue jeudi dans la délicate procédure judiciaire sur la demande de libération conditionnelle du Libanais Georges Ibrahim Abdallah, qui pourrait conduire au rejet de la requête de l’ancien activiste emprisonné depuis 28 ans en France.
La Chambre d’application des peines va se prononcer sur un appel du parquet, qui n’est pas d’accord avec le choix du Tribunal d’application des peines (TAP) de Paris de reporter l’examen de la demande de libération conditionnelle de Georges Ibrahim Abdallah, dans l’attente d’un hypothétique arrêté d’expulsion signé par le ministère de l’Intérieur.
Le parquet considère que compte tenu de l’absence de cet arrêté d’expulsion, le TAP aurait dû déclarer la demande de libération conditionnelle irrecevable.
Or le TAP a déjà reporté à deux reprises l’examen de la demande de libération conditionnelle, en novembre puis en janvier, comme s’il voulait laisser la possibilité au ministère de l’Intérieur de prendre cet arrêté indispensable à la sortie de prison de M. Abdallah.
Dans leur première décision d’ajournement , le 21 novembre 2012, les juges de ce même tribunal ont émis un avis positif sur cette demande de remise en liberté à laquelle le parquet est opposé.
Jeudi 21 mars, si la cour d’appel considère que le TAP n’aurait pas dû procéder aux ajournements de sa décision, elle devra nécessairement statuer elle-même sur le fond de la demande de libération conditionnelle et, logiquement, la rejeter, en l’absence d’arrêté d’expulsion.
L’ancien chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL), arrêté en 1984 puis condamné à perpétuité pour complicité dans les assassinats de deux diplomates, un Américain et un Israélien, en est à sa huitième demande de libération conditionnelle.
Si en revanche la cour d’appel confirme la décision d’ajournement, le TAP aura la possibilité de fixer une nouvelle date d’examen de la demande de libération conditionnelle. Il risque alors de buter une nouvelle fois sur l’absence d’arrêté d’expulsion et devra trancher : rejet pur et simple de la demande ou... nouvel ajournement.
Les soutiens de l’ancien activiste de 61 ans détenu à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), qui organisent régulièrement des manifestations à proximité des ministères de la Justice ou de l’Intérieur, l’estiment "séquestré par l’État français sur pressions états-uniennes".
Le département d’Etat ainsi que des élus de toutes tendances du Congrès américain avaient réitéré mi-janvier leur opposition à une sortie de prison d’Abdallah.

(21-03-2013 - Avec les agences de presse)

**

Plus que jamais, il faut signer et faire signer la pétition adressée au ministre français de l’intérieur M.Manuel Vals :
 

**

الحملة الدولية لإطلاق جورج عبد الله تزور "حزب الله" : لأوسع حملة تضامن مع القضية
زار وفد من "الحملة الدولية لإطلاق سراح جورج عبد الله" مقر المجلس السياسي لـ"حزب الله" حيث التقى عضو المجلس محمود قماطي في حضور الشيخ عطا الله حمود.
وأفاد بيان صدر عن العلاقات الاعلامية في "حزب الله"، ان جوزيف عبدالله شقيق الاسير جورج عبد الله، اعلن "أن هدف الزيارة هو وضع الأخوة في حزب الله في آخر المستجدات المتعلقة بإنفاذ القرار القضائي المشروط بالإفراج عن عبد الله المعتقل تعسفاً في السجون الفرنسية".
ودعا شقيق عبد الله إلى "أوسع حملة تضامن مع قضية المعتقل جورج عبد الله والذي تنظر محكمة تنفيذ الأحكام الفرنسية يوم غد الخميس للمرة الثالثة في قرار الإفراج عنه".
وثمن "وقوف الأخوة في حزب الله مع هذه القضية وتأكيدهم ضرورة الإفراج الفوري عن عبد الله الذي بات رهينة بيد السلطات الفرنسية".
(الوكالة الوطنية للاعلام)