Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Sciences > Un dauphin d’eau douce inconnu découvert au Brésil

Un dauphin d’eau douce inconnu découvert au Brésil

mercredi 29 janvier 2014, par La Rédaction

Ce n’était pas arrivé depuis près de cent ans. Des chercheurs viennent de découvrir une toute nouvelle espèce de dauphins d’eau douce vivant au Brésil, dans le fleuve Araguaia. Une trouvaille d’autant moins ordinaire que les dauphins d’eau douce sont des animaux très rares. Bien que sa présence ait été connue des habitants de la région, le cétacé n’avait jusqu’ici jamais fait l’objet d’études. Pourtant, en analysant son ADN et en étudiant sa
morphologie, l’équipe du biologiste Tomas Hrbek de l’Université fédérale de l’Amazonas (UFAM), basée à Manaus, dans le nord-ouest du Brésil, s’est aperçue qu’il se distinguait nettement des autres espèces présentes en Amérique du Sud.
Selon les résultats de ces recherches récemment publiés dans la revue spécialisée PLoS One, le nouveau venu, baptisé Inia araguaiaensis ou boto-do-araguaia, serait apparenté au boto ou dauphin rose de l’Amazone Inia geoffrensis. De coloration voisine, entre gris et rose, sans doute un peu plus petit, il posséderait une dentition différente, avec seulement 24 dents par mâchoire, contre 25 à 29 pour les autres espèces de dauphins de la zone.
Grâce à la génétique, les chercheurs sont parvenus à déterminer que la nouvelle espèce serait apparue il y a un peu plus de deux millions d’années (2,08). Selon eux, la différenciation entre Inia araguaiaensis et Inia geoffrensis serait intervenue après que le bassin du fleuve Araguaia s’est retrouvé séparé de celui de l’Amazone par un réseau de chutes et de rapides infranchissable pour les dauphins.
Pour autant, les chercheurs n’auront pas pu se réjouir bien longtemps de leur découverte, car, selon eux, le millier d’individus que compte actuellement la nouvelle espèce serait fortement menacé par les activités humaines, comme c’est le cas pour la plupart des autres dauphins d’eau douce. Le boto-do-araguaia devrait donc bientôt figurer dans la catégorie "vulnérable" de la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). Les faire connaître peut être un moyen d’obtenir des mesures de nature à les protéger...

(29-01-2014 - Avec les agences de presse)