Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Algérie > Le président algérien donne un échéancier pour les réformes

Le président algérien donne un échéancier pour les réformes

jeudi 8 mai 2014, par La Rédaction

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé mercredi avoir ordonné à son équipe d’organiser des consultations sur les réformes constitutionnelles promises pour libéraliser le système politique à l’occasion d’un point sur la sécurité.
Il s’agit des premiers commentaires du président, qui est en convalescence, depuis la formation du nouveau gouvernement après sa réélection le mois dernier à la tête de l’Etat pour un quatrième quinquennat.
Le chef de l’Etat, qui est âgé de 77 ans, a précisé que les partis politiques, un certain nombre de personnalités et des associations recevraient les amendements proposés mi-mai.
Des discussions auront lieu ensuite à la présidence en juin.
Les partis d’opposition ont boycotté la présidentielle en avril, estimant le scrutin biaisé en faveur du FLN (Front de libération nationale) et de ses alliés.
Dans sa déclaration mercredi, Abdelaziz Bouteflika a indiqué que parmi les dix activistes tués par les forces gouvernementales cette semaine figuraient des combattants de Libye, du Mali et de Tunisie, rapporte mercredi l’Agence de presse officielle APS.
L’armée algérienne a tué dix islamistes lors d’une opération menée dans le sud du pays, près de Tin-Zaouatine, dans la zone frontalière avec le Mali, et saisi des lance-roquettes et autres armes. L’opération qui a commencé lundi et est toujours en cours.
"C’était une tentative d’infiltration par un groupe terroriste lourdement armé ave des éléments venant du Mali, de Libye et de Tunisie", a déclaré le président après une réunion ministérielle, selon l’agence de presse APS.
Les violences islamistes sont considérablement plus rares en Algérie depuis la fin du conflit des années 1990, mais la branche nord-africaine d’Al Qaïda et d’autres organisations armées sont néanmoins actives dans le pays, notamment dans le Sud, où les frontières, en plein désert, sont aisées à franchir.
En avril, Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué une embuscade tendue à l’armée dans les montagnes de Kabylie, à l’est d’Alger, au cours de laquelle 14 soldats ont péri, quelques jours après la réélection d’Abdelaziz Bouteflika.
En janvier 2013, une prise d’otages sur le site gazier d’In Amenas avait fait 40 morts, pour la plupart des étrangers. Cette attaque avait été notamment lancée par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar à partir de la frontière libyenne.

(08-05-2014 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10