Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Irak > Irak : les insurgés gagnent du terrain dans une ville stratégique du (...)

Irak : les insurgés gagnent du terrain dans une ville stratégique du Nord

lundi 16 juin 2014, par La Rédaction

Des insurgés ont gagné du terrain lundi dans une bataille pour Tal Afar, une enclave chiite dans le nord-ouest de l’Irak sur la route vers la frontière syrienne, selon des responsables et des habitants de la ville que les autorités affirment toujours contrôler. Les forces de sécurité ont assuré qu’elles avaient repoussé l’assaut des insurgés sur cette ville chiite turkmène qui est une des seules de la province de Ninive (nord) n’étant pas tombée aux mains des insurgés.
Lundi, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Saad Maan, a garanti à l’AFP que les insurgés n’avaient pas avancé, assurant qu’ils ne "contrôlent pas un mètre de Tal Afar". Plusieurs responsables et un habitant ont cependant affirmé que les insurgés avaient pénétré dans la ville et, selon un responsable, ils en ont pris le contrôle. "Des groupes armés sont parvenus à prendre le contrôle de Tal Afar", a affirmé ce responsable du gouvernement provincial de Ninive, ajoutant qu’ils s’étaient "affrontés avec les forces de sécurité et (des combattants de tribus) qui ont dû se retirer" de Tal Afar.
Selon Mohammed Khalil, un habitant de cette ville située à 380 km au nord-ouest de Bagdad et à une soixantaine de kilomètres de la frontière syrienne, des insurgés ont pris plusieurs quartiers, mais pas la ville entière, et des familles s’enfuient vers la localité voisine de Sinjar. Abdoulal Abbas, un responsable municipal, a affirmé que la cité devait gérer "des martyrs, des blessés, le chaos et des réfugiés", mais il a refusé de dire si les insurgés avaient pris le contrôle de la ville.
Quelque 200 000 personnes - soit la moitié de la population totale de Tal Afar et ses environs - ont fui, selon Abdoulal Abbas, qui a réclamé une aide internationale. Les insurgés avaient lancé dimanche un assaut, finalement repoussé selon Bagdad. Dix personnes ont été tuées et quarante blessées dans des bombardements menés par les insurgés, qui ont perdu dix-huit combattants dans cet assaut.

**

Des ambassades évacuent leur personnel devant l’avancée des jihadistes
Des ambassades occidentales ont commencé à évacuer leur personnel de la capitale irakienne lundi en dépit des assurances de Bagdad affirmant avoir "repris l’initiative" face à l’avancée de jihadistes qui contrôlent désormais d’importants pans du territoire dans une région déjà très instable.
En l’espace d’une semaine, les jihadistes de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), soutenus par des partisans du régime déchu de Saddam Hussein, se sont emparés de vastes zones dans le Nord et le centre de l’Irak, dont la deuxième ville du pays, Mossoul.
L’EIIL cherche à créer un Etat islamique dans une zone frontalière avec la Syrie, où il est connu pour ses exactions.
désormais d’avancer vers Bagdad et l’EIIL a affirmé avoir tué 1.700 soldats chiites irakiens, une revendication qualifiée "d’horrible" par la porte-parole du Département d’Etat américain Jen Psaki.
"Des terroristes capables de perpétrer des actes aussi abominables sont les ennemis communs des Etats-Unis, de l’Irak et de la communauté internationale", a déclaré Mme Psaki.
Selon le Wall Street Journal dimanche soir, Washington et Téhéran, en froid depuis 34 ans, pourraient avoir des discussions sur l’Irak en marge des négociations qui reprennent lundi à Vienne sur le dossier du nucléaire iranien.
Face aux violences et à l’instabilité en Irak, des évacuations de personnel diplomatique ont été confirmées jusqu’ici par les Etats-Unis et l’Australie.
Washington a annoncé par ailleurs l’envoi de renforts autour de son ambassade située dans la zone verte de Bagdad, déjà hautement sécurisée.
Des employés seront évacués vers les consulats d’Erbil et de Bassora, des régions irakiennes épargnées par les violences, et d’autres vers l’ambassade des Etats-Unis en Jordanie, a expliqué Mme Psaki, sans préciser le nombre de personnes concernées.
Les Etats-Unis ont également annoncé samedi le déploiement d’un porte-avions dans le Golfe.
Les forces de sécurité irakiennes ont affirmé dimanche avoir "repris l’initiative" après plusieurs jours de débandade, assurant avoir tué 279 insurgés et repris deux villes au nord de la capitale.
Elles ont également assuré avoir repoussé un assaut d’insurgés sur la ville stratégique de Tal Afar, à 380 km au nord-ouest de Bagdad et à une soixantaine de km de la frontière syrienne.
Plusieurs responsables et un habitant de la ville ont cependant affirmé lundi que les insurgés avaient pénétré dans la ville et selon un responsable ils en ont pris le contrôle.
Des violences inouïes ont marqué les combats avec notamment le meurtre de 1.700 soldats chiites dont les Etats-Unis ont toutefois indiqué ne pas être en mesure de "confirmer" la revendication par des tweets attribués à l’EIIL.
L’un deux montrait la tête séparée du corps d’un officier irakien, avec le message suivant : "C’est notre ballon... Il est fait avec la peau ’Coupe du monde’", en référence à la compétition de football qui se déroule actuellement au Brésil.
Les autorités ont par ailleurs annoncé samedi un plan de sécurité pour défendre Bagdad, et des milliers de citoyens se sont portés volontaires pour prendre les armes contre les insurgés, répondant à l’appel du gouvernement et du grand ayatollah Ali Al-Sistani, plus haute autorité religieuse chiite d’Irak.
Selon le Wall Street Journal, Washington et Téhéran entameront sous peu des pourparlers directs, en vue d’envisager une coopération pour venir en aide à Bagdad.
Un responsable américain a toutefois démenti ces informations. "Nous n’avons engagé (aucune discussion) et nous n’avons rien de prévu", a-t-il déclaré à l’AFP.
L’Iran, pays à majorité chiite, se trouve de manière inattendue avoir des intérêts stratégiques communs avec les Etats-Unis dans l’aide que les deux pays comptent apporter aux autorités irakiennes, elles aussi chiites, contre les insurgés sunnites de l’EIIL.
Samedi, le président Hassan Rohani semblait ne pas exclure une coopération avec les Etats-Unis sur ce sujet. Mais le lendemain deux autres hauts responsables iraniens ont exprimé des positions hostiles à une telle perspective.
Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont eux annoncé qu’ils se réuniront mercredi et jeudi à Jeddah pour tenter de remédier à la "situation critique" en Irak.

(16-06-2014 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10