Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Jordanie > La Jordanie renforce sa frontière avec l’Irak

La Jordanie renforce sa frontière avec l’Irak

jeudi 26 juin 2014, par La Rédaction

Responsables militaires et politiques de Jordanie ont promis mercredi d’empêcher les insurgés sunnites irakiens de franchir la frontière entre les deux pays.
L’armée du royaume s’est livrée à une démonstration de force au poste frontière de Karameh, avec déploiement de troupes en nombre. Des dizaines de véhicules blindés dont des Humvees américains équipés de mitrailleuses ont remplacé les files de camions qui transitent habituellement chaque jour sur l’axe Amman-Bagdad, une des principales routes commerciales du Moyen-Orient.
Le conflit en Syrie pesait déjà sur la frontière nord de la Jordanie. L’avancée rapide des insurgés sunnites en Irak, à l’est, a mis sous tension une deuxième frontière du pays.
"Les frontières sont la clef de la guerre et de la paix, et notre devoir est d’empêcher des infiltrations de groupes extrémistes. Nous ne laisserons pas une seule personne entrer illégalement sur notre territoire", a affirmé le général Saber al Mahayrah aux journalistes conviés sur la zone frontalière.
Les unités de l’armée jordanienne sont en état d’alerte depuis plusieurs jours près des 180 km de frontière commune avec l’Irak.
A Rouwaïched, dernière ville jordanienne avant l’Irak, des habitants disent ne pas avoir vu de tels mouvements de troupes depuis l’intervention américaine de l’Irak en 2003.
Ismaïl Kaoud, un camionneur, arrive de Ramadi, la capitale de la province irakienne d’Anbar. Il affirme que les forces régulières irakiennes se sont retirées de la quasi-totalité de cette province qui sépare la frontière jordanienne de la région de Bagdad.
Il ajoute qu’il reste cependant quelque 150 policiers, douaniers et soldats irakiens au poste-frontière, côté irakien.
Sous couvert d’anonymat, des militaires jordaniens expriment leurs doutes. Ils pensent eux que le poste-frontière irakien est contrôlé désormais par des membres de tribus sunnites.
Des contacts ont été noués avec des chefs tribaux de la province d’Anbar pour tenter de réduire l’influence des djihadistes, dit un responsable jordanien.
Mais la menace véritable pourrait être ailleurs. "La peur, ce n’est pas que l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) envahisse la Jordanie, où, contrairement à l’Irak, l’armée est une armée professionnelle avec une vraie présence à ses frontières, mais que l’EIIL déstabilise le royaume par des tentatives répétées d’infiltration et des attentats terroristes", estime le groupe de consultants en sécurité Soufan Group.

**

Abou Qatada acquitté de complot "terroriste" en Jordanie
La Cour de sûreté de l’Etat jordanien a acquitté jeudi le prédicateur islamiste Abou Qatada, extradé en juillet dernier de Grande-Bretagne vers la Jordanie, qui était accusé de complot en vue de commettre des actes terroristes.
Le prédicateur islamiste ne sera toutefois pas libéré car il est toujours poursuivi pour son implication présumée dans un complot visant des touristes sur le sol jordanien lors des célébrations du Nouvel An en 2000.
Abou Qatada avait été condamné à une peine de prison à vie par contumace en Jordanie, pour avoir encouragé des activistes dans leurs projets d’attentats contre les Etats-Unis et d’autres cibles en Jordanie.
Jeudi, lors d’un nouveau procès, l’accusation a avancé l’argument selon lequel le religieux avait été le mentor d’un djihadiste emprisonné en Jordanie alors qu’il se trouvait lui-même en Grande-Bretagne, apportant un soutien matériel et spirituel à une campagne de violences durant les années 1990.
Le tribunal a abandonné la charge de complot estimant que les preuves étaient insuffisantes. Il a ordonné le renvoi de l’audition dans le cadre de l’autre affaire de complot, reportée au 7 septembre.
En décembre, l’avocat du religieux, Ghazi Thouneïbat, a demandé la remise en liberté immédiate de son client, affirmant que ses droits étaient bafoués par la présence d’un militaire parmi les juges.
Il a également indiqué que les accusations portées contre le prédicateur reposaient sur des aveux sans aucune valeur, extorqués sous la torture à d’autres accusés.

(26-06-2014 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10