Assawra

Site du Mouvement Démocratique Arabe

Accueil > Palestine > Les frappes israéliennes atteignent un foyer pour handicapés de (...)

Les frappes israéliennes atteignent un foyer pour handicapés de Gaza

samedi 12 juillet 2014, par La Rédaction

Sally Saqr, 20 ans, vivait dans un foyer pour personnes handicapées dans le nord de la bande de Gaza. Victime d’une frappe israélienne, elle est maintenant étendue sur un lit d’hôpital, le corps couvert de brûlures. L’aviation israélienne a détruit son foyer d’accueil aux premières heures de la matinée, ce samedi. Souha Abou Saada, 47 ans, et Ola Washahi, 30 ans, ont été tuées, elles, sur le coup. Plusieurs heures après le drame, les sauveteurs retrouvaient encore des morceaux des corps des deux femmes, ce qui a, un temps, laissé penser qu’il y avait peut-être une victime de plus.

Sally fait partie des trois autres patients qui ont été blessés, tout comme un employé du foyer. Jamila Alaywa, la directrice du foyer, ne peut contenir sa fureur quand elle décrit la tragédie qui a frappé cet établissement qu’elle a créé en 1994 à Beit Lahiya, dans le nord de l’enclave palestinienne, non loin de la frontière avec Israël. "Ola et Souha souffraient toutes les deux de lourds handicaps physiques et mentaux. Elles vivaient au foyer depuis sa fondation", explique la directrice.

Treize patients vivaient au foyer mais certains étaient en visite dans leur famille pour ce week-end du ramadan quand l’armée de l’air israélienne a pilonné l’institution. Ils n’étaient que cinq, hurlant de terreur, et un employé, quand le bâtiment s’est effondré autour d’eux. "Ils n’ont pas compris ce qui se passait, ils ont eu tellement peur", raconte Jamila Alaywa. "Ils ont tiré une roquette qui nous a touchés sans le moindre avertissement. Il n’y a pas eu de tir d’avertissement", insiste-t-elle.

Plus de 130 Palestiniens tués

L’armée israélienne répète qu’elle s’efforce de limiter les victimes civiles avec des appels téléphoniques aux habitants ou des tirs de sommation, afin de laisser aux non-combattants quelques minutes pour évacuer les immeubles ciblés. L’armée n’a pas souhaité faire de commentaire dans l’immédiat sur la frappe qui a touché le foyer de Beit Lahiya. "Nous n’aurions jamais imaginé que quelque chose comme cela puisse arriver. Il n’y a personne dans la résidence ou autour de nous qui appartienne à la résistance", assure Jamila Alaywa, en faisant référence aux membres des organisations armées palestiniennes.

"Les corps de Souha et Ola ont été déchiquetés", se lamente-t-elle. Outre ces deux femmes, plus de 130 Palestiniens ont été tués et près d’un millier d’autres blessés dans la bande de Gaza depuis le début mardi de l’offensive aérienne israélienne "Protective Edge". L’armée israélienne affirme viser les activistes et les infrastructures du Hamas et du Jihad islamique, un mouvement radical allié, afin de stopper les tirs de roquettes depuis le territoire palestinien.

Depuis le début des hostilités, plus d’un demi-millier de roquettes ont été lancées en direction d’Israël, selon l’armée. Aucun mort n’est à déplorer du côté israélien. Pour l’instant, les patients du foyer qui ont été blessés sont à l’hôpital, en soins intensifs pour Sally et pour Ahmed al-Awar, un jeune homme de 28 ans, lui aussi grièvement brûlé. Les autres vont rester dans leurs familles, dit Jamila Alaywa, qui espère pouvoir trouver une place dans un autre foyer pour les blessés quand ils seront en convalescence.

Au-delà de ces arrangements temporaires, Jamila Alaywa lance un appel à l’aide. "J’espère que le monde entier va m’aider. Je veux reconstruire mon foyer afin d’être en mesure de prendre à nouveau soin de ces gens. Ce sont mes enfants".

(12-07-2014 - Avec les agences de presse)

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

<FONT color=#ff0000 face=Arial>Pétition
Non au terrorisme de l’Etat d’Israël
<A href=http://www.Assawra.Info/spip.php?article10>http://www.Assawra.Info/spip.php?article10